Tous les trous sont permis

Pochette de Chronique VHS de Tous les trous sont permis, un film porno sorti en 1981
Titre Original : Sybil, tous les trous sont permis.
Style du film : Policier
Date de Sortie du Film : 7 Janvier 1981
Date de Sortie de la VHS:
Distributeur de la VHS:

 

Origine : France
Durée : Normalement 85min...
Réalisateur : Michel Caputo
Actrices : Céline Gallone, Cathy Stewart, Elisabeth Buré, Marie-Claude Moreau, Nadine Roussial
Acteurs : Guy Bérardan, Guy Royer, Dominique Aveline, Piotr Stanislas
Synopsis : Il est noté sur la jaquette : ̶E̶l̶l̶e̶s̶ ̶o̶n̶t̶ ̶r̶e̶n̶c̶o̶n̶t̶r̶é̶ ̶l̶e̶ ̶p̶l̶u̶s̶ ̶v̶i̶r̶i̶ ̶d̶e̶s̶ ̶é̶t̶a̶l̶o̶n̶s̶ ̶e̶t̶ ̶e̶l̶l̶e̶s̶ ̶a̶i̶m̶e̶n̶t̶ ̶ç̶a̶ Vous allez voir dans notre chronique que ce n'est pas du tout ça l'histoire... En gros c'est un épisode de Julie Lescaux avec des zizis et des nichons en plus...

Présentation

Chelou… Non pas le film ! Il est même plutôt bien fait !

Mais la jaquette nous indique que c’est un film allemand de H Hageman, en cherchant on ne trouve pas de film  d’Hageman nommé Tous les trous sont permis…

Bon tant pis on ne trouve rien sur ce film choisi par Vagina Sky, on se lance dans le visionnage…

Et là générique, bah merde alors!
Les actrices créditées sur la jaquette ne sont pas celles du film ??!! On nous dit même que ce film a été réalisé par Michel Caputo !

On ne regarde donc pas un film Allemand mais Français réalisé en 1980…

Très bizarre, mis à part le titre, rien n’est correct sur cette VHS de plus le film a même été coupé, il est censé durer 85min nous avons le droit à 50 sur cette VHS [hic]

Tous les trous sont permis l'affiche
Tous les trous sont permis l’affiche du VRAI film

Bref, passons…

C’est donc un film de Michel Caputo, qui est également un réalisateur de cinéma traditionnel tel que ” Arrête de ramer, t’attaques la falaise !” bon, disons plutôt nanar traditionnel je vous laisse découvrir la chronique sur Nanarland.

Michel Caputo est surtout connu pour avoir réalisé  Blanche-Fesse et les Sept Mains” (et oui le titre de la célèbre blague des cours d’école)

Ce film est produit par Jean François Davy (les 3 du fond qui suivent savent qu’on en a déjà parlé ici !) d’ailleurs il a aussi produit ” Arrête de ramer, t’attaques la falaise !”  Mais c’est pas le sujet.

Michel Caputo n’est pas seulement un grand scénariste et réalisateur ! Non il est également acteur dans ce film il interprète “L’adjoint” (qu’on ne voit pas dans cette version écourtée).

Pour les acteur.ice.s, c’est Céline Gallone qui joue le role de Sybil, la Commissaire Valmont est interprétée par Élisabeth Buré, Nadine Roussial joue le rôle de Mme de Farneille, Guy Royer (qui est présent sur tous les films porno de cette époque qu’on a regardés…) joue Gérard le mec de la commissaire.

 

L’analyse de Vagina Sky

Tous les trous sont permis ? Hum mouais… Vagin, bouche, mais l’anal ? Probablement visible dans la demi-heure de film manquante. Ou tout simplement un titre inadapté. Quoi qu’il en soit, il aurait peut-être été plus judicieux de l’intituler autrement, comme par exemple « Viole-moi avec ton flingue », « Mets ton loup et partouzons ! »

Dans ce film, il faut avouer que les scènes de cul sont assez longues  mais ne  s’enchaînent pas afin de laisser place à une intrigue policière. Pas d’histoire de drogues, pas d’enquête sur un meurtre mais la traque par la commissaire Valmont d’une proxénète, Madame de Farneille, dont les hommes de mains kidnappent des jeunes femmes dans le but de les prostituer.

Le peu de scène de cul ont le mérite d’être variées et de qualité sauf une que je trouve plutôt discutable.

La première scène nous est offerte par la commissaire et son amant qui visiblement a de gros problèmes de sudation. A peine l’acte commencé qu’il se liquéfie littéralement. Dans l’intimité d’une chambre, nous assistons à un acte simple, tendre et assez agréable à regarder faisant contraste avec la lumière bleue et froide du petit matin.

La seconde se déroule dans une discothèque aux meurs légères. Dans la lumière des stroboscopes, des corps de femmes et d’hommes portant parfois des loups se mélangent, s’embrassent, se caressent, se lèchent et se pénètrent sous l’œil attentif des policiers. J’ai trouvé ce moment très excitant bien qu’assez subjectif et bien réalisé. La réverbération des cris de jouissance m’a immergée et m’a assez donné envie de m’éclater avec ce petit groupe bien sympatoche.

Pour la troisième scène je reste sceptique. On assiste ni plus ni moins au viol de Sybil par la proxénète, pistolet sur la tempe. Ça commence par un effeuillage du haut de la demoiselle qui laisse apparaître de jolis seins. La suite, je la trouve beaucoup moins marrante. La proxénète pénètre Sybil avec son arme. Une arme c’est violent et ça pue la mort alors voir ça dans un vagin, personnellement ça me choque. Le viol continue par un cunni plus qu’approximatif. La proxo a du mal à chatouiller de sa langue Sybil qui se débat. Pour finir, un petit coup de position des ciseaux. Franchement, hyper déçue. Moi qui en attends toujours beaucoup des scènes lesbiennes, j’ai préféré me concentrer sur mes sardines à l’huile plutôt que sur la TV.

Enfin, la dernière scène vient rappeler la première puisque la Commissaire et son amant se retrouvent pour une partie de jambes en l’air afin de fêter l’arrestation de la proxo. De la douceur, des changements de positions, quelques « oui, oui, oui » ou encore des « Aïiiieeee ihhaaaaa » et toujours beaucoup de sueur. Le truc que j’ai vraiment trouvé WTF c’est quand monsieur fait tourner la roue à tisser sur laquelle est fixée une fleur qui vient frôler le sexe de madame. Non mais t’es sérieux mec ? Fais plutôt jouir la commissaire avec ta langue bordel, elle l’a bien mérité !

Pour revenir au côté policier du film, c’est pas mal, il y a une volonté de tenir le spectateur en haleine mais l’intrigue était vraiment perfectible tout comme le scénario. En effet, la commissaire ne va pas rassurer sa fille violentée et elle est plutôt complaisante dans son échange avec la criminelle arrêtée. Du côté du jeu des acteurs et actrices, je dois avouer que je n’ai pas été convaincue par les femmes. Le ton n’était pas bon, leur jeu sonnait faux contrairement aux deux hommes dans le rôle des équipiers de la commissaire que j’ai trouvés assez justes.

Pour conclure, ce film n’est pas si mauvais dans l’ensemble, j’ai aimé la démarche et je redemande des films de ce genre mais bien plus aboutis.

L’histoire racontée par Phallus Gump

 

Le film commence par un couple hétéro au lit. Un flingue est posé à côté du lit on présume qu’il y dort un flic.
La femme réveille l’homme par une fellation, une fois réveillé il la pénètre en missionnaire. Les acteurs ont chaud ça transpire dans les oilps !
En cuillère puis en union de l’abeille pour finir bucalement le travail avec une grosse giclée sur l’arme de service…Une fois l’acte terminé nous avons la scène d’un câlin sensuel qu’on voit trop peu dans le porn.

L’homme, Gérard interprété par Guy Royer sort du lit pour aller dans la cuisine sans se rhabiller, il tombe sur la fille de son amante Sybil interprétée par Céline Gallone.
On apprend que cette amante est flic et même commissaire, son commissariat enquête actuellement sur un réseau de prostitution.

Elle (commissaire Valmont) interprétée par Elisabeth Buré (qui joue très mal) reçoit un appel de ses collègues, ils ont été contactés par un indic qui les prévient qu’une fille va être kidnappée.
Malheureusement ils arrivent trop tard sur les lieux ! Une jeune femme interprétée par Marie-Claude Moreau se fait kidnapper devant eux.

Nous faisons ensuite la connaissance de Mme de Farneille, une maquerelle sans scrupule.
Sa couverture ? Le barracuda « une boite disco ska pour jeunes décadents » les flics s’y rendent et rencontrent son fils Antoine. On se rend compte que ce business est associé à la mafia.
Dans la boite partouze sur la piste centrale ! Ça ressemble plus à un club libertin qu’à une boite de ska le barracuda…

Tous les partouzeurs sont masqués à l’exception de Cathy Stewart et de Dominique Aveline. Les keufs sous les stroboscopes restent passifs…
La maquerelle rentre dans sa boite, les flics se cassent et dehors il fait jour. (pas compris cette scène)

Mme de Farneille trouve l’indic qui les a balancé aux flics, c’est Jeff c’est une casserole elle le transforme en passoire ! (la blague n’est pas de moi)
Les flics arrivent sur le lieu de ce crime, s’ensuit une fusillade. Mais madame de Farneille tient Sybil la fille du commissaire en otage.
Elle la déshabille devant sa mère, et révèle qu’elle ne porte ni haut ni bas. Elle la branle de son arme aux yeux de tout le monde et lui insert même le canon et ça devant la mère médusée. La maquerelle lui torture les seins avant de les bouffer et d’arriver à son minou.

Les policiers et les mafiosos sur place ont l’air d’admirer le spectacle.
Les deux femmes se frottent le sexe en faisant les ciseaux, on voit que la fille du commissaire prend maintenant son pied.
Les flics sont captivés par le spectacle de ces femmes se faisant l’amour. Mais Antoine intervient et assomme sa mère !

Les flics peuvent intervenir ils font prisonniers Madame de Farneille et les mafiosos.

Rebondissement Antoine était en fait en couple avec Sybile. Mme de Farneille réveillée, elle demande de prendre soin de son fils à la commissaire, il sera tout de même fait prisonnier.

Le film se termine comme il a commencé Gérard et Valmont au pieu et c’est reparti pour des préliminaires toujours aussi transpirants.
Suivi d’un amazone et d’un sextoy improvisé avec une roue à tisser et une fleur… Ouais chelou mais ça a l’air efficace, la commissaire prend son pied sur ce TRUC.
Gérard met sa camarade en missionnaire et lui sort la tête par la fenêtre. Il la prend en levrette toujours tête dehors à la vue de toute la rue. Il finit par lui éjaculer sur les fesses et encore un câlin amoureux pour finir la scène.

Synthèse

Difficile de se prononcer sur ce film il nous manque quand même 1/2H ce qui rend l’histoire très bancale… On espère trouver la version longue un jour. Parce que franchement le reste est pas si mal ! Il y a un scenar, une intrigue, tutti quanti.

Les scènes de culs sont même plutôt mises en retrait. On trouve ce résumé dans “La saison cinématographique 1981”

Le commissaire Valmont reçoit un appel de l’un de ses informateurs lui annonçant que Mme de Farneille, propriétaire d’une maison de campagne chic, s’apprête à kidnapper une fille au moment où elle sort de l’école. Quand elle y arrivera, Valmont ne pourra empêcher l’enlèvement. Le soir, elle se rend dans la boîte de nuit du kidnappeur. Valmont arrête la propriétaire pour l’enlèvement sans aucune preuve contre elle. Madame de Farneille réussit à dire à son fils Antoine d’amener la fille kidnappée chez l’homme qui avait demandé cette livraison spéciale. Alors que sa mère est gardée au poste de police, Antoine et deux hommes de main enlèvent Sybil, la fille du commissaire Valmont, et lui proposent de l’échanger contre Mme de Farneille, qui réussit à s’évader de la police lorsqu’elle est libérée de prison après un accord passé avec eux. Grâce à son informateur, Valmont trouve sa cachette et la fouille. Antoine, qui est maintenant amoureux de Sybil, assomme sa mère lorsqu’elle essaie d’utiliser Sybil comme bouclier.

Il nous manque toute la partie ou Madame de Farneille est en garde à vue, qu’Antoine enlève Sybil et en tombe amoureux.

Et surtout dans cette version on ne comprend pas du tout le titre de “Tous les trous sont permis”

 

 

Giclette(s)